Ana Belén Montes est une espionne condamnée. Mais très particulière. Elle a essayé d'influencer ses collègues au Pentagone afin qu’ils modifient leurs préjugés négatifs à l'égard de Cuba et elle a transféré des informations sur l'île quand elle a senti que celle-ci était mise en danger. C’est ainsi qu’il y a 15 ans devant le juge ...
"Votre Honneur, j’ai commis l'activité qui m'a amenée en face de vous parce que j’ai préféré obéir à ma conscience plutôt qu’à la loi."

"Je pense que la politique de notre gouvernement envers Cuba est cruelle et injuste, celle d’un mauvais voisin, et je me suis sentie moralement obligée d'aider l'île à se défendre de nos efforts pour lui imposer nos valeurs et système politique"

"Mon plus grand souhait est que Cuba et les États-Unis parviennent à établir des relations amicales." 

"Cela permettrait à Cuba de remiser sa politique défensive et qu’elle puisse envisager une moindre pression dans sa société."
Ce qu’a dit Ana devant le juge semble familier en ces temps de rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis. Ana n’a demandé ni reçu d’argent pour être en avance sur son temps. Mais elle a été condamnée à 25 ans de prison. En 2016 on lui a diagnostiqué un cancer du sein. Maintenant plus que jamais elle doit être libérée.

S'il vous plaît, Monsieur le Président,


Liberté pour Ana Belén Montes!